Biographie·Musique

Bruce

Bruce

Peter Ames Carlin

Editions Sonatine

4ème de couv’ : 

« Je suis peut-être président, mais lui c’est le Boss », a récemment admis Barack Obama en évoquant Bruce Springsteen. Et, en effet, avec plus de cent vingt millions d’albums vendus, Springsteen règne depuis quatre décennies sur le rock américain. Plus qu’un phénomène musical, c’est un véritable phénomène culturel, en prise directe avec le coeur et l’âme des Etats-Unis. Mais, surtout, le Boss est un individu exceptionnel, à l’histoire personnelle complexe. Pour la première fois, il a accepté de se livrer à coeur ouvert et sans aucune autocensure à Peter Carlin. Mieux encore, considérant qu’on ne peut cerner un homme en écoutant sa seule vérité, il a ouvert son carnet d’adresses à l’auteur, qui a ainsi pu recueillir les témoignages inédits des membres de la famille du chanteur, de ses proches, de ses musiciens.

Du gamin du New Jersey à l’activiste politique, en passant par le working class hero, l’évangéliste du rock, l’homme rongé par des démons intérieurs, Carlin dresse ici un portrait unique et passionnant de la star et retrace sa carrière exceptionnelle.

D’anecdotes inédites en confessions d’une sincérité exceptionnelle, ceux qui jusqu’ici croyaient tout savoir de l’icône vont, à la lecture de cette biographie définitive, très vite devoir réviser leur jugement.

Mon avis : 

Une superbe biographie, très complète.

Les 130 premières pages sont un peu longues à mon goût, néanmoins elles restent nécessaire pour connaître les influences de Bruce. On assiste aux difficultés des débuts, puis les difficultés d’être une star planétaire sans trahir ses valeurs.

Au fil de la lecture, on a qu’une seule envie, passer ses albums en boucle. On s’extasie de connaître enfin les origines d’une chanson, d’un album, les coulisses d’un concert, avec les avis des différents protagonistes. Beaucoup d’anecdotes (comme le fameux « Are you talkin’ to me ? » de Robert De Niro vient en réalité du Boss :

« les célébrités vinrent en masse, y compris l’acteur Robert De Niro, qui ne manqua pas de remarquer le petit numéro dans lequel Bruce répétait à ses fans qui lui réclamaient un rappel « Are you talkin’to me? » (qui devint en 1976 une des répliques cultes de son personnage psychotique dans Taxi Driver), accompagné du réalisateur Martin Scorsese, qui en ressortit avec l’envie de confier au rocker un rôle dans un de ses films. »

On connaît mieux les membres du E Street Band, leurs liens avec Bruce. On assiste aussi à des moments émouvants : son émotion pendant le 11 septembre 2001, les derniers moments de Clarence Clemons.

A la fin de la lecture de ce livre on a l’impression d’avoir approché d’un peu plus près le « Boss » même s’il reste encore de nombreuses parts d’ombre.

Bonne lecture !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s