Ör

Ör

Audur Ava Olafsdottir

Zulma

4ème de couv’ :

Jónas Ebeneser, quarante-neuf ans, divorcé, n’a qu’une passion : restaurer, retaper, réparer. Mais le bricoleur connaît une crise profonde. Sans plus de réconfort à attendre des trois Guðrún de sa vie – son ex-femme, sa fille, et sa propre mère –, il décide de se mettre en route à destination d’un pays abîmé par la guerre, avec sa perceuse en bandoulière et sa caisse à outils pour tout bagage…

« Une poésie de l’absurde, un fatalisme joyeux, une empathie qui réchauffe. Un bijou d’humanité. »

Mon avis :

📖 📖 📖 📖 / 5

Au début du roman, Jonas Ebener rend visite à sa mère qui est dans une sorte d’institut. Dès le début de l’histoire on sent un état dépressif chez Jonas. Il demande à son ami Svanur de lui prêter son fusil car il souhaite mourir… Mais pas n’importe où ! Pour cela il entreprend de se rendre dans un pays en pleine guerre. Or, lorsqu’il arrive là-bas, rien ne se passe comme prévu.

Beaucoup de poésie dans l’écriture malgré la dureté du sujet. Un gros sentiment de fatalisme chez Jonas dans un pays en besoin de reconstruction.

Un très beau roman à découvrir.

N.B : « Ör » signifie cicatrices en islandais.

Bonne lecture !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s