Littérature française·Olivier Weber·Rentrée Littéraire 2020

L’arrière-pays

L’arrière-pays

Olivier Weber

Editions Calmann-Lévy

4ème de couv’ :

Après ses études de droit, Jonathan décide de regagner ses montagnes dans l’arrière-pays et de garder des moutons. Mais l’amour et la mort s’en mêlent.
D’abord, le corps d’un de ses amis, un alpiniste renommé, est retrouvé sur un glacier et tout semble indiquer qu’il a été assassiné. Militant écologiste, le jeune homme dénonçait un scandale sur la pollution des fonds marins. Puis Jonathan fait la rencontre de Léna, une jeune humanitaire en rébellion contre son père, un homme d’affaires véreux.
Il décide alors de quitter son enclave et ses bêtes pour la Côte et ses casinos. Devenu croupier, il découvre l’envers du décor paradisiaque du littoral.
Avec cet itinéraire d’un jeune berger captivé par les lumières de la ville, entre impunité et humiliation, Olivier Weber esquisse une ample fresque de la corruption sur la Côte d’Azur aux allures de roman noir.

Mon avis :

📖 📖 📖 / 5

Après ses études de droit sur la côte, Jonathan revient dans l’arrière-pays pour élever ses brebis et pour connaître la sérénité. Mais lorsque son ami Guillaume, alpiniste de renom, est retrouvé mort sur un glacier, il ne veut pas croire à la thèse de l’accident. Les circonstances font que Jonathan doit quitter sa montagne pour retourner sur la côte. Il entame alors son enquête sur le meurtre de Guillaume. Il s’apercevra bien vite que personne n’est ni complètement bon, ni complètement mauvais.

Olivier Weber dépeint une société gangrenée par des entrepreneurs et des politiques véreux.

Un roman cynique sur la vie corrompue de la Côté d’Azur. Tout au long de la lecture on ne peut s’arrêter car on souhaite savoir jusqu’où ira Jonathan pour découvrir la vérité.

Un récit intéressant et haletant.

Bonne lecture !!!

Littérature française·Mathilde Alet·Rentrée Littéraire 2020

Sexy summer

Sexy Summer

Mathilde Alet

Editions Flammarion

4ème de couv’:

« Elle n’a pas vraiment peur, de quoi aurait-elle peur ? Des chiens de garde assoupis, des curieux mal planqués, du mouvement d’un voilage ? Ce ne sont pas les inconnus qui l’effraient, ce sont ceux qui savent. Ici en un sens elle est sauve. Personne ne connaît le poids de l’amour dans son ventre. »
Juliette souffre de la « maladie des ondes ». Raison de son déménagement au cœur d’une zone blanche loin de Bruxelles. Fille de la ville, que va-t-il lui arriver dans ces paysages plats et mornes où la violence couve autant que l’humanité ?
L’étrangeté des campagnes belges forme le décor de ce roman âpre, l’histoire d’une jeune fille dont les rêves enfantins se heurtent à la difficulté de grandir.

Mon avis :

📖 📖 📖 / 5

Que l’on soit à la ville ou à la campagne les problématiques de l’adolescence restent les mêmes. La différence fait toujours l’objet de moqueries, de méchanceté et de violence.

Une histoire violente et tendre à la fois entre deux adolescents qui se sentent marginalisés par les autres. On y trouve la brutalité de la société qui est toujours en perpétuelle évolution mais toujours rétrograde.

Un roman touchant et captivant. Une auteure inconnue pour moi mais c’est une belle découverte.

Bonne lecture !!!

Carole Martinez·Littérature française·Rentrée Littéraire 2020

Les Roses Fauves

Les roses fauves

Carole Martinez

Editions Gallimard

4ème de couv’ :

«Peu après la sortie de mon premier roman, Le cœur cousu, une lectrice m’a raconté une coutume espagnole dont j’ignorais l’existence : dans la sierra andalouse où étaient nées ses aïeules, quand une femme sentait la mort venir, elle brodait un coussin en forme de cœur qu’elle bourrait de bouts de papier sur lesquels étaient écrits ses secrets. À sa mort, sa fille aînée en héritait avec l’interdiction absolue de l’ouvrir. J’ai métamorphosé cette lectrice en personnage.
Lola vit seule au-dessus du bureau de poste où elle travaille, elle se dit comblée par son jardin. Dans son portefeuille, on ne trouve que des photos de ses fleurs et, dans sa chambre, trône une armoire de noces pleine des cœurs en tissu des femmes de sa lignée espagnole. Lola se demande si elle est faite de l’histoire familiale que ces cœurs interdits contiennent et dont elle ne sait rien. Sommes-nous écrits par ceux qui nous ont précédés?
Il faudrait déchirer ces cœurs pour le savoir…»

Mon avis :

📖 📖 📖 / 5

Après le succès de son premier roman, une auteure est intriguée par une vieille carte postale et par la femme en photo dessus. Trouvée par hasard, elle y voit le sujet de son prochain livre et part ainsi dans ce village breton pour rencontrer la femme de la carte.

« -Est-ce que ta boiterie est douloureuse ?

-Pas pour l’instant, mais ça finira peut-être par le devenir. Et écrire, c’est douloureux ?

-Non,mais lâcher un livre, décider qu’il est fini et le faire lire, c’est très inquiétant. Le doute est comme une fièvre. Les romans ne mettent plus à l’abri que les autobiographies, ils exposent. A tout, même à l’indifférence. « 

Carole Martinez nous plonge dans l’atmosphère d’un conte semi-fantastique avec beaucoup de poésie. Elle se met en scène (thème qui revient régulièrement ces derniers temps chez les écrivains). Elle aborde la sensualité de manière originale. Elle fait référence à son premier roman Le coeur cousu. Le lecteur rentre peu à peu dans son univers où la Mort et la Vie s’entremêlent.

Un bon roman où les roses prennent toute la place.

Bonne lecture !!!

Cécile Pivot·Littérature française·Rentrée Littéraire 2020

Les lettres d’Esther

Les Lettres d’Esther

Cécile Pivot

Editions Calmann Lévy

4ème de couv’ :

« Cet atelier était leur bouée de sauvetage. Il allait les sauver de l’incompréhension d’un deuil qu’ils ne faisaient pas, d’une vie à l’arrêt, d’un amour mis à mal. Quand j’en ai pris conscience, il était trop tard, j’étais déjà plongée dans l’intimité et l’histoire de chacun d’eux. »

En souvenir de son père, Esther, une libraire du nord de la France, ouvre un atelier d’écriture épistolaire. Ses cinq élèves composent un équipage hétéroclite :
une vieille dame isolée, un couple confronté à une sévère dépression post-partum, un homme d’affaires en quête de sens et un adolescent perdu.
À travers leurs lettres, des liens se nouent, des coeurs s’ouvrent. L’exercice littéraire se transforme peu à peu en une leçon de vie dont tous les participants
sortiront transformés.
Roman initiatique, pétri de tendresse et d’humanité, ces Lettres sont un éloge de la lenteur, une ode au pouvoir des mots.

Mon avis :

📖 📖 📖 📖 / 5

Esther, libraire du nord de la France décide d’organiser un atelier d’écriture dans le cadre de sa librairie. 5 personnes répondent à l’annonce : Jeanne une septuagénaire, Samuel un adolescent rongé par la culpabilité qui ne parvient pas à faire le deuil d’un frère parti trop tôt, Jean un homme d’affaire cynique qui ne trouve plus de sens à sa vie et Nicolas et Juliette un couple désuni en pleine tourmente.

Chaque personnage doit choisir 2 correspondants pendant ces ateliers. Chacun a ses blessures et contre toute attente ces correspondances auront pour but de les soigner.

Comment soigner une blessure qui nous touche au plus profond de notre être ? En participant à un atelier d’écriture épistolaire. Le lecteur découvre au fil des lettres les fragilités de chaque participant, des liens qui se nouent, et les changements qui s’opèrent en eux.

Un véritable coup de coeur pour ce roman rempli d’amour et d’altruisme.

Bonne lecture !!!

Calendrier de l'Avent 2020·Littérature française·Rentrée Littéraire 2020

🎄 15 décembre 🎄 La grande épreuve

La grande épreuve

Etienne de Montety

Editions Stock

4ème de couv’ :

Un couple sans histoire, Laure et François Berteau. Leur fils adoptif, David, adolescent enjoué qui se pose des questions sur ses origines. Le père Georges Tellier, un prêtre qui s’arc-boute à sa foi, dans une Eglise qui s’étiole. Frédéric Nguyen, flic résolu à l’action et au silence, pour préserver sa vie privée. Hicham, que le goût du risque et de la frime finit par conduire en prison. Des remarques blessantes, de mauvaises rencontres. Une emprise croissante de l’islamisme et une colère de plus en plus radicale.

Et tout se précipite. Vers cette petite église d’un village du Sud-Ouest de la France, la tragédie attire comme un aimant explosif des hommes que rien ne prédestinait à se rencontrer.

Le sujet de La Grande Epreuve nous concerne tous. La violence peut surgir au coin de la rue, comme ce fut le cas pour le père Hamel assassiné dans son église de Saint-Etienne du Rouvray. Etienne de Montety s’en inspire librement, en romancier. Car ce que seul un roman peut nous faire comprendre, par son souffle, ses échos et son irrésistible accélération, c’est la dimension inéluctable de tels événements. Le courage, la prudence, la peur, l’amour ou le désarroi, rien ne pourra arrêter une religion devenue folle.

Mon avis :

🎁 🎁 🎁 🎁 / 5

Pour le 15 décembre mon coup de coeur pour le Grand Prix du Roman de l’Académie Française 2020

Cette année je trouve que les prix littéraires sont de bons crus.

La grande épreuve est un roman inspiré de l’attaque terroriste à Saint-Etienne-du-Rouvray.

L’auteur met en scène chaque protagoniste : les deux jeunes terroristes David et Hicham qui ne se connaissent pas, le père Tellier, Agnès une soeur de la congrégation des Petites Soeurs et le capitaine Frédéric Nguyen membre de la BRI. Nous les suivons pas à pas et nous découvrons les circonstances qui aboutissent à ce malheureux jour.

En abordant la psychologie des personnages, Etienne de Montety met en avant les difficultés, les mésententes liées aux différentes cultures et religions actuelles, et ces incompréhensions qui provoquent malheureusement l’irréparable. La force de ce roman est cette perspective d’analyse sous la forme de roman choral qui amène l’événement de façon crescendo.

Un roman haletant et captivant à lire sans attendre.

Bonne lecture !!!

Calendrier de l'Avent 2020·Littérature américaine·Rentrée Littéraire 2020·Tiffany McDaniel

🎄 9 décembre 🎄 Betty

Betty

Tiffany McDaniel

Editions Gallmeister

4ème de couv’ :

“Ce livre est à la fois une danse, un chant et un éclat de lune, mais par-dessus tout, l’histoire qu’il raconte est, et restera à jamais, celle de la Petite Indienne.”

La Petite Indienne, c’est Betty Carpenter, née dans une baignoire, sixième de huit enfants. Sa famille vit en marge de la société car, si sa mère est blanche, son père est cherokee. Lorsque les Carpenter s’installent dans la petite ville de Breathed, après des années d’errance, le paysage luxuriant de l’Ohio semble leur apporter la paix. Avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

Betty raconte les mystères de l’enfance et la perte de l’innocence. À travers la voix de sa jeune narratrice, Tiffany McDaniel chante le pouvoir réparateur des mots et donne naissance à une héroïne universelle.

Mon avis :

📖 📖 📖 📖 📖 / 5

Pour le 9 décembre un de mes coups de coeur de cette dernière rentrée littéraire.

Nous suivons l’histoire de Betty, une petite fille élevée dans une famille nombreuse pas comme les autres qui vit à l’écart de la société. Le père est cherokee, la mère est blanche et Betty a surtout hérité des traits physique de son père. Elle devra ainsi affronter de nombreux préjugés qui jalonneront son existence.

« L’âme de mon père était d’une autre époque. D’une époque où le pays était peuplé de tribus qui écoutaient la terre et qui la respectaient. »

Le père est un peu lunaire et il élève ses enfants dans la sagesse et le respect de la nature.

« Les racines sont la partie essentielle de la plante, disait Papa. C’est par les racines qu’une plante se nourrit et ce sont les racines qui la maintiennent en place quand tout le reste est emporté. Sans racines, on est ballotté au gré du vent. « 

Betty est un roman troublant, marquant, enivrant. Tiffany McDaniel aborde des thèmes très actuels comme le racisme, la place des femmes dans la société américaine. Avec des moments très forts et très durs elle nous emmène dans une vie écorchée et remplie d’épreuves. Malgré cela une sorte de poésie règne tout au long du récit.

Betty est un texte bouleversant qui ne vous laissera pas indifférent.

Une véritable claque littéraire !

Bonne lecture !!!

Calendrier de l'Avent 2020·Littérature française·Marie-Hélène Lafon·Rentrée Littéraire 2020

🎄 4 décembre 🎄 Histoire du fils

Histoire du fils

Marie-Hélène Lafon

Editions Buchet-Chastel

4ème de couv’ :

Le fils, c’est André. La mère, c’est Gabrielle. Le père est inconnu.

André est élevé par Hélène, la sœur de Gabrielle, et son mari. Il grandit au milieu de ses cousines. Chaque été, il retrouve Gabrielle qui vient passer ses vacances en famille.

Entre Figeac, dans le Lot, Chanterelle ou Aurillac, dans le Cantal, et Paris, Histoire du fils sonde le cœur d’une famille, ses bonheurs ordinaires et ses vertiges les plus profonds, ceux qui creusent des galeries dans les vies, sous les silences.

Mon avis :

📖 📖 📖 📖 / 5

Nous sommes le 4 décembre et mon coup de coeur du jour est pour le prix Renaudot 2020.

Il s’agit d’un roman où la filiation a une place centrale.

André, fils de Gabrielle mère qu’il voit rarement, et de père inconnu, est élevé par sa tante et son oncle à la campagne avec ses cousines. Gabrielle, de tendance citadine, l’avait laissé à sa soeur car elle savait qu’il serait bien élevé. Bien qu’étant au sein d’une famille aimante André se pose beaucoup de questions au sujet de son père.

L’histoire peut paraître banale, ou déjà vue, mais l’écriture est bouleversante et Marie-Hélène Lafon nous embarque immédiatement dans son univers. Elle a, comme toujours, une justesse dans l’usage des mots provoquant ainsi un réel plaisir lors de la lecture.

Nous suivons André à différentes périodes de sa vie tout en marchant sur les pas de Gabrielle.

Un livre qui mélange deux univers différents : la campagne avec la vie d’André et la ville pour Gabrielle. Les contrastes se mêlent dans ce roman où la quête d’identité et secret de famille en sont les éléments principaux.

Un très bon livre qui se laisse savourer.

Bonne lecture !!!

Littérature française·Rentrée Littéraire 2020·Serge Joncour

Nature humaine

Nature humaine

Serge Joncour

Editions Flammarion

4ème de couv’ :

La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois sœurs, semble redouter davantage l’arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d’un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l’homme et la nature, la relation n’a cessé de se tendre. À qui la faute ?
Dans ce grand roman de « la nature humaine », Serge Joncour orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent jusqu’au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril. À moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits…

Mon avis :

📖 📖 📖 📖 / 5

Nous suivons la famille Fabrier, agriculteur de père en fils dans la campagne corrézienne. Le lecteur parcourt l’évolution de la société française de 1976 à 1999. C’est surtout la vie d’Alexandre que vous explorons.

De la lutte sur le Larzac, en passant par le combat contre le nucléaire lors du projet de construction de la centrale nucléaire de Golfech et les dérèglements nés de la politique agricole commune (intensification des élevages…), pour finir par se battre pour sa propre survie lors de la lutte contre la construction de l’autoroute reliant Paris à l’Espagne.

Le lecteur se laisse porter par les flots de l’Histoire et dans la propre histoire d’Alexandre ce jeune agriculteur qui cherche sa place dans un monde en perpétuelle mutation.

Serge Joncour évoque les grands événements de cette fin de siècle, Tchernobyl, l’élection de François Mitterrans, la chute du mur de Berlin, le naufrage de l’Erika. Un roman passionnant qui remet la Nature en avant et à sa juste place.

Bonne lecture !!!